Questionnaire sur la Vision

D’après l’expérience de Newton en 1666, une lumière blanche se décompose en une succession de lumières colorées lorsqu’elle passe au travers d’un prisme.

 

Question 1 :
Isaac Newton a décomposé la lumière blanche avec un prisme. La recomposition des différents rayonnements en lumière blanche, est en revanche impossible avec un prisme.
Vrai
Faux

Question 2 :
Une source de lumière, pourra être qualifiée par son spectre d’émission qui donne la proportion de chacune des lumières colorées dans la source
Vrai
Faux

Question 3 :
Les longueurs d’ondes correspondant aux UVA sont comprises entre 0,10 et 0,28 µm
Vrai
Faux

Concernant les sources lumineuses :

Question 4 :
On appelle sources thermiques, toutes les sources dont l’énergie transformée en rayonnement est d’origine thermique.
Vrai
Faux

Question 5 :
Les sources non thermiques sont appelées sources luminescentes.
Vrai
Faux

Question 6 :
Un illuminant est une source de lumière du commerce.
Vrai
Faux

Concernant les illuminants :

Question 7 :
L’Illuminant D65 est une représentation de la lumière du jour par temps couvert.
Vrai
Faux

Question 8 :
La CIE a défini récemment 2 illuminants ID65 et ID50 correspondant à des éclairages extérieurs avec des UV.
Vrai
Faux

Le phénomène de couleur, naît de l’interface entre la lumière et la matière :

Question 9 :
La lumière incidente qui arrive sur l’objet est alors réfractée, en raison des différences d’indices de réfraction des milieux.
Vrai
Faux

Question 10 :
La lumière incidente pénètre alors dans la matière, est absorbée de façon sélective, puis réfléchie de façon spéculaire.
Vrai
Faux

Question 11 :
La réflexion totale est composée de la réflexion diffuse moins la réflexion spéculaire.
Vrai
Faux

Notre œil est sensible aux radiations électromagnétiques comprises entre 400 et 700nm. Ainsi, il perçoit la manière dont un objet coloré modifie (absorbe, réfléchi et diffuse) la lumière qu’il reçoit

Question 12 :
On distingue environ 7 millions de cônes (verts, rouges et bleus) et 120 millions de bâtonnets sur la zone photosensible de notre oeil.
Vrai
Faux

Question 13 :
Le phénomène neurophysiologique qui se passe à ce niveau, consiste en la transformation de l’énergie lumineuse en impulsions électriques et chimiques.
Vrai
Faux

Question 14 :
Pour un flux lumineux donné, la lumière rouge à 655 nm peut être vue plus facilement que les autres lumières (bleue et verte).
Vrai
Faux

Néanmoins, notre système visuel connaît des limites :

Question 15 :
Plus le niveau d’éclairement augmente et plus l’antagonisme rouge-vert devient dominant.
Vrai
Faux

Question 16 :
Une couleur observée sur un fond foncé a tendance être vue plus clair que la même couleur sur un fond clair.
Vrai
Faux

Question 17 :
Près de 8% des individus sont atteints d’une déficience visuelle.
Vrai
Faux

Question 18 :
La cataracte conduit à une mauvaise perception des violets et des bleus.
Vrai
Faux

La perception visuelle des couleurs ordonne les couleurs suivant 3 dimensions que sont la Clarté, la tonalité chromatique et la saturation :

Question 19 :
La clarté est l’attribut de la sensation visuelle selon lequel un corps paraît transmettre ou réfléchir par diffusion une fraction plus ou moins grande de la lumière incidente.
Vrai
Faux

Question 20 :
La saturation est l’attribut de la sensation visuelle permettant d'estimer la proportion de couleur chromatiquement pure par rapport à la clarté.
Vrai
Faux

La gestion de l’apparence colorée passe par une bonne maitrise des attributs chromatiques et géométriques, et plus spécifiquement du brillant :

Question 21 :
La réflexion spéculaire va se répartir dans l’espace suivant une composante majoritaire, la composante diffuse.
Vrai
Faux

Question 22 :
Le Brillant de contraste est le rapport du brillant spéculaire mesuré sous des angles différents et en particulier en lumière rasante.
Vrai
Faux

Question 23 :
Quand on matifie un produit brillant, on diffuse alors le brillant spéculaire et on éclaircit alors visuellement la teinte.
Vrai
Faux

On note aussi d’autres variations géométriques qui viennent influencer notre perception visuelle et influer sur l’apparence d’un produit :

Question 24 :
Le Haze, appelé aussi voile de diffusion, peut être provoqué par les pigments, le degré de dispersion, les liants et additifs ou les techniques d’application
Vrai
Faux

Question 25 :
L’effet morphing est un exemple de l’exploitation du haze dans les produits cosmétiques.
Vrai
Faux

Question 26 :
L’obtention d’un phénomène de transparence nécessite 2 conditions: Une condition géométrique et une condition colorimétrique
Vrai
Faux

Question 27 :
Le phénomène de peau d’orange est induit par des microrugosités présentant une taille comprise en 0,1 et 1 µm.
Vrai
Faux

ENVOYEZ NOUS VOS REPONSES

 

Societé :  Civilité :   Mr :    Mme :    Mlle :
Prénom :  
Nom :  
Téléphone :  
E-mail :  

 

Fin de saisie :