Mario EQUICOLA, Libro de natura de amore , Venise, 1525, : « On voit donc comme il est difficile de parler des couleurs pour celui qui peut rapporter les vocables anciens à ceux de la langue actuelle, et à quel danger il s’expose. Certains philosophes considèrent l’air et l’eau comme blancs, le feu comme rouge, la terre comme foncée ; les astrologues disent que Saturne est brun, Jupiter bleu, Mars rouge, le Soleil jaune, Vénus verte, Mercure cendré, la Lune blanche ; d’autres leur attribuent différemment les couleurs : Saturne serait noir, Jupiter vert, Vénus blanche, Mercure changeant, la Lune safran, tandis que tous s’accordent pour Mars et le Soleil. Les significations des couleurs varient légèrement chez les Italiens, les Espagnols et les Français… »